Une œuvre du musée Calvet retrouve son auteur
 




                                                 386d1a16ea
                                                                                           
                                                                                                Giovanbattista del Verrochio
                                        Adoration de l’Enfant avec la Vierge, un ange, sainte Marie-Madeleine et saint François d’Assise
                                                                                        Huile sur bois. H. 0, 625 m. L. 0, 465 m.
                                                                                               Collection Puech. Don, 1986.
                                                                                                             Inv. 23533



Une nouvelle attribution relance l’intérêt d’une peinture donnée par Marcel Puech à la Fondation Calvet en 1986 (voir photo). Dans La revue des musées
de France
(Revue du Louvre - numéro daté de décembre 2013), c’est Matteo Gianeselli, doctorant en histoire de l’art, qui vient de la proposer, ainsi qu’une nouvelle
lecture de l’activité de l’atelier florentin de Ridolfo del Ghirlandaio (1483-1561). Moins connu que son père Domenico (1449-1494) qui fut l’un des grands maîtres du
Quattrocento, Ridolfo succéda, au début du XVIe siècle, à son frère Davide (1452-1525) à la tête de l’atelier familial. Selon Matteo Gianeselli, « tout en s’insérant
dans les cadres iconographiques et commerciaux instaurés par son père (Domenico), Ridolfo orienta plus volontiers sa production vers les modèles proposés par la
jeune génération classique du début du Cinquecento, en particulier par Fra Bartolomeo (1472-1517) et Raphaël (1483-1520) ». C’est donc à l’art le plus en avance
dans la redécouverte de l’Antiquité que s’adressa le jeune Ridolfo pour renouveler les schémas raffinés hérités de la génération précédente, celle de son père ou d’un
Sandro Botticelli (1445-1510) notamment. De nombreux artistes se sont formés dans l’atelier des Ghirlandaio, père et fils. Plusieurs sont étudiés par Matteo Gianeselli
dans l’article cité. Parmi ceux-ci figure l’auteur présumé de notre tableau, Giovanbattista del Verrochio (1494-1569).

Neveu du grand sculpteur (et maître de Léonard de Vinci) Andrea del Verrochio (1435-1488), Giovanbattista bénéficia sans doute des liens étroits qui unissaient
sa famille à celle de Ridolfo : Andrea del Verrochio était en effet le parrain d’une des sœurs de Domenico Ghirlandaio. C’est tout le milieu des artistes florentins de la
seconde moitié du XVe siècle qui refait ici surface, liens d’amitié, de parenté, de clientèle, rivalités aussi, les ateliers se livrant une concurrence féroce pour bénéficier
des commandes les plus prestigieuses et les plus rémunératrices. Notre Adoration de l’Enfant avec la Vierge, un ange, sainte Marie-Madeleine et saint François
d’Assise
a longtemps porté une attribution à un autre peintre florentin de cette époque, Francesco Granacci (1469-1543). C’est sous ce nom assez prestigieux que
l’œuvre avait été inventoriée en 1986 par Marie-Pierre Foissy-Aufrère, guidée en cela par les avis d’expert de Michel Laclotte. L’œuvre a d’ailleurs été publiée par
Philippe Malgouyres comme un authentique Granacci en 1998 (Peintures et Sculptures d’Italie. Collections du XVe au XIXe siècleMusée Calvet, Avignon, page
143, n°31). Conservé en réserve, notre « Granacci » n’avait pas éveillé depuis la curiosité des spécialistes, du moins jusqu’à ce que Matteo Gianeselli propose
de le rapprocher de deux œuvres de Giovanbattista, abritées dans des petits musées italiens, deux Sainte Conservation visibles dans les musées d’Art sacré de
Greve in Chianti et Santa Verdiana (en provenance de Castel Fiorentino).
 

Dans son article, Matteo Gianeselli signale une autre peinture de Giovanbattista, plus facilement accessible, à l’Alte Pinakothek de Munich. Il s’agit de la
pala (tableau d’autel) de Sant’Apollonia, peinte vers 1525-1530, date probable du panneau Puech. Chez notre peintre, l’idéal classique, cher aux hommes de la
Renaissance, est comme altéré « par l’expression d’un sentiment d’inquiétude proche de la manière tardive de Francesco Granacci », maître auquel précisément
le tableau d’Avignon fut longtemps donné. Sa « palette glacée et vivement contrastée », ses figures émaciées et inexpressives ouvrent sur un monde nouveau, celui
des Eccentrici excentriques) florentins, ces artistes qui tentèrent, en plein triomphe de Raphaël et de ses élèves, de s’écarter d’un trop net classicisme. Ainsi, le
paysage désolé situé à l’arrière-plan est-il, pour Matteo Gianeselli, typique de cette « tentation de modernité » qui s’exprime à la même époque dans les créations
de Giovanni Larciani (1484-1527), plus connu sous le nom de Maître des paysages Kress. Cette « avant-garde anticlassique » trouve à Florence, dès les années
1515-1520, son incarnation la plus bouleversante dans l’œuvre énigmatique d’un authentique génie, Jacopo Pontormo (1494-1556).

Auprès de si grands noms le tableau avignonnais ne fait pas trop mauvaise figure. Les œuvres de Giovanbattista del Verrochio, notons-le au passage,
sont extrêmement rares dans les collections publiques françaises. Matteo Gianeselli en signale une seule autre, au musée Granet, à Aix-en-Provence (collection
Bourguignon de Fabregoules, inv. 860.01.129). Encore une fois, l’originalité du goût de Marcel Puech et son intuition de très grand connaisseur de l’art italien
éclatent au grand jour ; mais cela tous les visiteurs du musée Calvet le savaient déjà !

 

Sylvain Boyer, conservateur en chef du musée Calvet